Ateliers Jardin
Ateliers Jardin

Le jardin des Princesses Re+belles

Un jardin pour se rencontrer, pour partager... en voilà une idée,qu'elle est bonne !!!

 

En Avril 2014, je rencrontre Sarah, une femme formidable qui a crée le collectif des Princesses Re+Belles pour soutenir et encourager les indépendants des Deux Savoie.

 

Lors de notre deuxième rendez-vous, elle m'a demander ce que je revais de réaliser à travers mon activité. je lui ai parlé de mon rêve profond de transmission de savoir de l'homme à la terre, parce que pour moi : la terre c'est la vie! Je lui ai décrit mon souhait (un jour lointain) de mettre à disposition, à tous ceux qui en auraient envie, un carré potager  pour qu'ils puissent expérimenter la vie, toucher la terre et retrouver ce qui nous lie naturellement à elle.

 

C'est à ce moment là qu'elle a eu une idée géniale ! L'idée de co-créer un jardin pour les Princes et les Princesses du collectif, ouvert à tous.

 

 

Mai 2014,le projet est lancé dans le collectif, Sarah part à la recherche d'un terrain disponible et proche.

 

C'est à ce moment là que l'association des Amis du Vieux Seynod entre en action. Yvan masset, le nouveau président de l'association, nous reçoit dans les locaux Terra Natura, 67 avenue des Neigeos à SEYNOD.

 

Le projet est simple : sur une de leur parcelle, le collectif souhaite jardiner de manière ludique et sans objectif de production ni de vente de marchandises. Mais simplement expériementer l'activité de jardinage de manière collective, créer des parcelles originales et communiquer autour de nos découvertes. Montrer au plus grand nombre que le jardin c'est amusant et étonnant, que c'est une activité saine et indispensable pour vivre en harmonie avec la nature.

c'est alors que je planche sur un pré-projet...

Le Thème :        

« La terre : liant universel »

 

Le jardinage est une activité simple (en réalité) qui va "rassembler" si, et seulement si, l'on en attend pas grand-chose, sinon de "suspendre" un moment de sa vie de tous les jours.

 

 La "Relation" des uns avec les autres.

 

En simplifiant la tâche du jardinage à la découverte et à l'échange (et non pas au rendement), on la rend plus accessible et plus agréable. C'est à ce moment-là que les relations avec les autres se font.

 

 L’ Énergie positive :

 

Cette activité en lien avec la terre (source de vie) va alors transmette beaucoup d'énergie positive au jardinier. Cette énergie positive ne doit surtout pas être gardé jalousement sinon elle devient toxique. L'énergie positive doit rayonner, être partagée, circuler entre les êtres vivants pour rebondir et revenir toujours plus positive encore.

 

 Au commencement…

 

Chacun va expérimenter, chacun va créer, chacun va cheminer à son rythme pour retrouver ce lien avec la terre.

 

Les Couleurs :             

 

des dérivés de la terre

 

Pour rester en accord avec la terre, ce liant universel, je choisis les bruns et les tons chaud/naturel/doux/animal

Le lieu :

 

Un site historique

Un style formel

 

Le style du lieu impose certaines règles et possède des détails classiques du jardin de curé comme par exemple une géométrie en 4 parcelles divisées par un cheminement principal en croix.

 

Il peut s’apparenter à deux type de jardin :

  • Jardin des cloîtres ou des monastères qui répond à des besoins primaires et secondaires (manger, prier en jardinant)
  • Jardin des simples (médiéval) souvent lié aux 5 sens : qui répond à des besoins médicaux autant physique que psychologique.


Le rôle du lieu : Un espace collectif pour se rassembler.

C’est le grand mouvement de notre société moderne, celui de la vie collective. Les gens qui fondent cette société, ont besoins de rites qui définissent des échanges comme les bains publics d’autrefois, les églises ou les halles en centre-ville.

Dans les bains publics, ces rites étaient d’autant plus forts qu’ils mettaient à nus (sens propre et sens figuré) les individus. Ainsi dénudés, les hommes et les femmes partageaient, les langues se déliaient, les confidences se faisaient. Dans ces moment-là, les 5 sens y étaient stimulés ce qui accompagnaient cette sensation de bien-être général.

On peut transposer les bains publics d’autrefois au potager collectif où tous se retrouvent, d’égal à égal, les mêmes 5 sens stimulés, les mêmes besoins de bien-être.

 

PROJET :

La composition du lieu (selon le rôle) :

La composition s’inspire du rôle principale (le rassemblement) que tient le jardin et va puiser ses ressources dans la divisions des espaces avec des circulations qui se rejoignent sur un lieu de vie commun qui représentera un lieu de rassemblement, un lieu d’échange, un lieu d’énergie. (ex : le familistère où les services collectifs sont au centre des cités).

Aussi, une des loi garante de la bonne définition des identités (libre d’être qui on est ) et des échanges (d’égal à égal) au sein d’un lieu de vie sont « les limites ». On définit des limites de deux manières : par des matériaux et par des différences de niveaux où plus les niveaux sont physiquement haut plus il vont vers l’intimité et l’individualité (ex maison japonaises et hutongs chinois).

Pour résumer il y aura des parcelles. Puis des parcelles dans des parcelles. Et enfin, des allées en croix où chaque croix est un carrefour où se vie quelque chose en partage.

 

Répartition des espaces et des des rôles qu’ils devront tenir  :

Un jardin en parcelles  où chaque parcelle à sa fonction.

Il sera composé d’une grande plate-bande potagère collective et pédagogique et d’une douzaine de parcelles individuelles appelées plus communément « carré potager ».

La parcelle dans son ensemble sera marqué par une croix principale où, en son croisement, il y aura un lieu d’échange et de partage composé d’un braséro/table  et de banquettes disposées tout autour. L’ensemble sera de forme ronde.

Les carrés potagers seront disposés par 6 et formeront un ensemble traversé par des allées secondaires où à chaque carrefour sera aménagé un point de réserve d’eau, point essentiel pour jardiner où les jardiniers vont se rencontrer et apprendre à partager une ressource rare.

En plus sur cette parcelle il y aura un chalet qui renfermera outils et matériels divers, un espace à petits fruits et au moins une zone (inaccessible) pour intégrer plantes sauvages et herbes folles ( rôle de sensibilisation à la beauté naturel, à l’écologie et à l’utilité de toutes les espèces)

La grande plate-bande sera destiné à organiser des ateliers collectifs et à planifier les semis et les plants des légumes qui seront récoltés lors des évènements organisés par le collectif des Princesses Re+Belles.

Les carrés potagers seront attribués aux princesses adhérentes du projets de jardin collectif. Elles pourront exprimer leurs envie et leurs créativité de manière plus libre, elle expérimenteront la pratique du jardinage au travers des choix de légumes, de fleurs ou d’aromatiques qu’elles feront. Les carrés potagers seront marqué par leur personnalité et formeront dans leur ensemble une belle mosaïque des genres. Ce type de jardinage demandera aux princesses de s’affranchir du regard des autre et de na pas juger son voisin jardinier.

La diversité des besoins des adhérents et leurs évolutions :

Un jardin n’est jamais finit, il évolue sans cesses au fur et à mesure des besoins, mais un jardin que l’on partage doit répondre à des envies et des besoins qui parfois se confrontent. Comment satisfaire tout le monde ?

Ce n’est pas possible de satisfaire toutes les envies et les besoins individuels, mais il est possible de faire plaisir à tous en répondants à quelques principes élémentaire. Ceux-là même qui ont fait naître l’idée de ce jardin collectif.

  • Un espace extérieur pour se rencontrer, échanger, partager (et non pas se faire valoir)
  • Un espace extérieur pour organiser des événements qui nous rassemble (c’est n’est pas un lieu à privatiser)
  • Eveiller les sens
  • Se dégourdir les mains et les jambes
  • Récolter, et manger ses légumes s’il y en a
  • Avoir des herbes aromatiques à disposition
  • Apprendre/transmettre
  • … à compléter en répondant au questionnaire

 

Un règlement intérieur

 

Inscrire dans un manuel du « savoir-jardiner » collectivement les règles à respecter, est indispensable pour le bien-être collectif.

Le règlement intérieur ne régente pas comment jardiner mais indique comment s’organiser pour bien vivre au sein de ce jardin.

Il rassurera le visiteur et incitera à respecter l’usage du lieu.

 

Une adhésion, des dons,  et un budget prévisionnel.

 

Parce que ce projet de jardin collectif voit le jours grâce aux Amis du Vieux Seynod, il est évident qu’une adhésion annuelle à l’association est obligatoire.

 

Le jardin mettra du temps à s’installer et à s’organiser, il fera l’objet d’actions collectives pour récolter des dons : des matières premières, des semences, des plants et des outils.

 

Un budget prévisionnel sera voté pour mettre en places les cultures et des outils de communication en vue des manifestations à venir (organisées par l’association des AVS ou le collectif des Princesses).

 

La participation régulière pour se rencontrer, animer, créer, encourager…

 

Le jardinage n’est pas une tâche facile et demande de la rigueur, et c’est d’autant plus déroutant quand cette pratique est collective.

Pour cette raison, il est indispensable de désigner au moins 2 référents et de bien les identifier.

Ces référents auront pour rôle principal :

  • d’animer par des ateliers ou et par une présence régulière,
  • d’épauler voire de former les jardiniers en herbe,
  • de prendre des initiatives pour organiser ou réorganiser l’espace,
  • de proposer des solutions pour répondre à des besoins au sein du jardin,
  • de communiquer sur les avancements du jardin et des actions collectives (sur unsite ou une page comme Facebook )
  • de prendre des photos
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Ateliers Jardin