Ateliers Jardin
Ateliers Jardin

Juin

Le jardinier contre attaque !

Le moi de juin c'est le moi des Soucis. Non pas des fleurs (enfin si elles sont là aussi) mais des ennuis de jardinier !

 

C'est la guerre avec les dites "mauvaises herbes"!

 

Mais qui sont-elles d'abord ? d'où nous viennent-elles?

 

Parfois appellée  indésirables, adventices ou plantes indigènes et  plantes invasives, les "mauvaises herbes" sont des espèces particulièrement adaptées pour pousser là où elles se trouvent et ce sont surtout des plantes très compétitives.

 

Elles s'accaparent l'espace, les ressources en eau et en minéraux et même la lumière.

 

Là où la carotte sauvage passe, le gazon trépasse ! Et oui ! c'est belle et bien ce qui ce qui arrive quand on se laisse envahir par les herbes sauvages ! Mais il faut bien comprendre que dans la nature chaque chose trouve sa place, et a son utilité. Ces herbes logent toutes des familles entières d'insectes divers.

 

Alors, l'idéal est de désherber sans produits chimique, à la main, et de mettre au compost afin que les insectes qui s'y étaient réfugiés (et qui contribuent à l'équilibre de votre jardin) trouvent un autre logement.

Une fois dans le compost, les éléments (Azote, Phosphore, Potassium et oligo-éléments) qui constituent ces herbes, serviront lors des plantations et à l'entretient du gazon.

 

Les plantes les plus terribles : 

  • dans nos massifs : 

les liserons grimpent, se ressèment et font des racines très longues, impossible à éliminer totalement, qui se cassent pour mieux se multiplier

 

  • Dans nos gazons :

la prêle inhibe la pousse des autres plantes

les carottes sauvages poussent vite et font de l'ombre aux graminées

les rumex et les herbes de la famille du pissenlit font des racines fortes et profondes

 

Toutes ces vagabondes nous viennent des airs, des insectes qui les transportent dans leur galerie, des animaux et notement des oiseaux, ils les consomment et les ressèment par les fiantes, partout dans les jardins.

 

Alors la question qui nous tarrode c'est comment limiter cette invasion? Doit-on empêcher la vie?

 

Selon moi, NON ! Surtout pas ! en réduisant la vie dans les jardins, on sensibilise les plantes que l'on cultive. Car chaque insecte, chaque champignon, chaque oiseau agit pour le bien commun à condition que le milieu soit équilibré.

 

Mais que faut-il faire ?

 

Essayons, dans un premier temps, de changer notre vision des choses, de faire de l'odre dans nos idées préconçues ... et les réponses viendront d'elles même.

 

Par exemple, dans mon jardin perso, je travaille avec ces plantes en leur réservant un espace qui leur est dédié.

Celles qui s'aventure plus loin, je les tolère (selon les risque) ou je les mets au compost.

Les espaces plus esthétiques comme les massifs, je les paille.

Je n'ai pas de gazon, mais chez mes clients fidèles : je désherbe manuellement, j'améliore la structure du sol en scarifiant et surtout je nourris la vie du sol en faisant des apports de compost mûr et fin.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Ateliers Jardin